menu

Accueil > Actualités > Ah ! la rue !

Ah ! la rue !

lundi 2 octobre 2017, par Webmaster

Notre ami Olivier Duquesnoy a l’œil exercé et toujours en éveil dès qu’il s’agit de débusquer quelques traces actuelles du souvenir de Robespierre et de la Révolution française.

En ce matin du 21 septembre, qui à un jour près aurait pu évoquer l’acte de naissance de notre première république, au retour de la manifestation contestant les ordonnances modifiant profondément le Code du travail français, notre ami trésorier nous livre cette belle photographie. (cliquez-dessus pour agrandir)

Clin d’œil significatif à Robespierre !

Il n’ a pas pu résister à fixer pour la postérité ce joli drapeau républicain flottant dans la rue Beaumarchais à Paris qui nous rappelle l’œuvre immense de la Révolution et ce qu’elle doit à l’action et à la pensée de Robespierre.

N’était-ce pas lui qui fixa le premier le droit à l’existence ?

Comme quoi le révolutionnaire d’aujourd’hui qui embellit notre drapeau national a bonne mémoire et sans doute, avait-il en tête au moment d’aller battre pavé la déclaration que l’Incorruptible rédigea en 1793.

  • - Art. 18
    Toute loi qui viole les droits imprescriptibles de l’homme, est essentiellement injuste et tyrannique : elle n’est point une loi.
  • -Art. 25
    Mais tout acte contre la liberté, contre la sûreté ou contre la propriété d’un homme, exercé par qui que ce soit, même au nom de la loi, hors des cas déterminés par elle, et des formes qu’elle prescrit, est arbitraire et nul ; le respect même de la loi défend de s’y soumettre, et si on veut l’exécuter par violence, il est permis de le repousser par la force.

Et puis surtout ceci :

  • -Art. 29
    Lorsque le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.
  • -Art. 30
    Quand la garantie sociale manque à un citoyen, il rentre dans le droit naturel de défendre lui-même tous ses droits.
  • - Art. 31
    Dans l’un et l’autre cas, assujettir à des formes légales la résistance à l’oppression, est le dernier raffinement de la tyrannie.