menu

Accueil > Pour le musée > Analyse statistique des signatures de la pétition lancée par internet.

Analyse statistique des signatures de la pétition lancée par internet.

mardi 17 novembre 2015, par Webmaster

PÉTITION PAR INTERNET POUR LA CRÉATION D’UN MUSÉE À ARRAS CONSACRÉ À MAXIMILIEN ROBESPIERRE.



Présentée par

Les Amis de Robespierre

Analyse des résultats.

Introduction

Robespierre est l’un des révolutionnaires les plus connus dans le monde entier. Son histoire, transmise depuis deux siècles après son assassinat par ses adversaires dénommés depuis « les thermidoriens », est associée à la période la plus sanglante de la Révolution française, la Terreur. Mais cette histoire ne cesse, cependant, d’intéresser un grand nombre d’hommes et de femmes issus de tous pays et de tous horizons, épris de justice sociale et de progrès humain par l’héritage qu’elle laisse d’une pensée politique foisonnante et porteuse d’espoirs.

Depuis la commémoration du bicententaire de la Révolution française, (1989) les travaux de nombreux historiens de toutes nationalités s’intéressant à cette période ont permis de lever bien des préjugés de mieux comprendre quels furentt le rôle, la responsabilité, et l’action de Maximilien Robespierre. Ils rejoignent en cela tout en la complétant de nouvelles preuves, les analyses des grands historiens du XIXe et XXe siècle : Michelet, Jaurès, Mattiez, Bloch, et plus récemment Michel Vovelle. On sait désormais mieux comment « sa légende noire » fut construite avant même son exécution, et quelle part prirent les thermidoriens, à celle-ci.

Sans rien renier ou masquer de ses responsabilités, tout au long des cinq années que dura la Révolution, on sait aussi aussi plus clairement comment le mythe fut transmis tout au long de ces deux siècles et en particulier la manière dont se construisirent des amalgames anhistoriques en particulier au moment de l’effondrement du régime soviétique.

Il est de plus en plus difficile aujourd’hui à moins d’apparaître peu sérieux ou pour le moins obtus, voire sectaire, de défendre la thèse de celle d’un dictateur sanguinaire, pervers, portant en lui les germes de tous les désastres humains du siècle dernier.

L’œuvre des révolutionnaires, et celle de Robespierre ne cessent aujourd’hui encore d’interroger le présent.

C’est dans ce cadre que se situe l’action de l’ARBR dont l’objet est de rassembler les éléments de la vie et de l’action de Robespierre et d’une manière plus générale des réalités de la Révolution Française, de les faire connaître dans le cadre du bicentenaire de 1789 et au-delà.

Par ailleurs, depuis sa création, l’ARBR-Les Amis de Robespierre revendique auprès de la municipalité d’Arras ville dont il est natif, un musée dédié à Maximilien Robespierre et à la Révolution.

Pour de multiples raisons cette juste requête a jusqu’à présent toujours été rejetée. Parmi les arguments évoqués par les édiles depuis 1989,celui de la « Légende Noire » de l’Incorruptible arrageois persiste.

Personnage clé de la révolution, inventeur avec d’autres de la République, Robespierre ne mériterait donc pas, dans sa ville natale d’un endroit qui évoque sa vie et son action ?

Rien aujourd’hui, d’un point de vue historique, pas plus qu’hier, ne saurait justifier les résistances [1] à l’ouverture d’un musée destiné à celui qui fut un homme-clé de la Révolution et dont la pensée et les propositions demeurent encore aujourd’hui d’une brûlante actualité.

Cela paraît d’autant légitime que depuis quelques années, de nombreux touristes ou visiteurs se félicitent de l’existence du Musée du Louvre-Lens et des expositions, au Musée d’Arras, des collections du Musée de Versailles. Le récent accessit de notre beffroi témoigne aussi de l’intérêt du public pour l’histoire. Mais nombreux aussi s’étonnent de ne pas trouver un endroit destiné à son illustre révolutionnaire.

Aussi pour donner un poids politique à leur demande l’ARBR et l’AMRA ont lancé de plusieurs manières [2] une pétition afin de la populariser et de montrer à la municipalité l’intérêt qu’elle suscite.Une pétition par internet, pour cet objectif a été lancée en 2012. Nous en présentons ici les principaux résultats.


[1Même les monarchistes vendéens qui avaient lancé une contre-pétition à celle de sa création semblent avoir renoncé. La pétition sur leur site semble fermée depuis 2011 et n’a rassemblé qu’un petit millier d’appuis de nostalgiques de la monarchie. (voir le site : http://www.mesopinions.com/mentions-legales)

[2Nous ne reproduisons ici que la pétition lancée par l’intermédiaire de notre site. Nous disposons par ailleurs d’un millier supplémentaire de signatures au format papier recueillies lors de nos différentes manifestations ou par envoi postal