Accueil > Comprendre la Révolution > Ses différents aspects et conquêtes > COLLOQUE : « Révolution, Robespierre, République : 1788-1792, la république (...)

COLLOQUE : « Révolution, Robespierre, République : 1788-1792, la république avant la République ».

Colloque du trentenaire de l’ARBR

samedi 11 novembre 2017

« Révolution, Robespierre, République : 1788-1792, la république avant la République ».

JPEG - 200.8 ko

Dates : vendredi 24 novembre après midi au samedi 25 novembre toute la journée, à Arras.

Trois axes :
1. Penser ou revendiquer la République.
2. Débats autour de l’idée républicaine.
3. Prémisses républicaines.

Liste des intervenants et titres des interventions :

  • Introduction du colloque : Claude Mazauric et Alcide Carton
  • Dave Andress : « Comment être populaire et démocratique à Paris, pendant les années 1789-1791 ? ».
  • Serge. Bianchi : « Jean-Paul Marat et l’idée républicaine avant la République ».
  • Marisa Linton : « Vertu et République dans le discours politique avant la République ».
  • Annie Jourdan : « La Constitution de 1787 aux Etats-Unis ou thermidor avant la lettre ».
  • Raymonde Monnier : « Républicanisme et Révolution : la nouvelle grammaire de la république »..
  • Florence Gauthier : « Robespierre, acteur et théoricien de la Révolution du 10 août 1792 ».
  • Hervé Leuwers : « La république manquée. Robespierre et Camille Desmoulins face à une possible république (été 1791).
  • Philippe Bourdin : « Du théâtre dans la ville-sans-nom à l’heure du gouvernement révolutionnaire : la république sur la scène marseillaises ? »
  • Annie Duprat : « Les sociabilités politiques de Rosalie Jullien. »
  • Laurent Cuvelier : « La naissance d’une culture urbaine républicaine, le cas de l’affichage politique à Paris en 1789-1792.
  • Suzanne Levin : « Un républicanisme qui ne dit pas son nom Pierre-Louis Prieur dans la crise de Varennes ».
  • Cécile Obligi : « Robespierre et la « république » avant l’automne1792 » .
  • Jean-Christophe Gaven : « De l’inviolabilité à la justiciabilité. Elèments de réflexion sur les évolutions du statut judiciaire et pénal du roi sous la Constituante. »
  • Yannick Bosc : « Robespierre, la représentation politique et la république ».
  • Maxime Kaci : « Les germes de la République : circulations d’hommes et d’idées entre la France du nord, l’Angleterre et les Pays-Bas autrichiens (1788-1792) ».
  • Gaïd Andro : « Souveraineté du peuple et application de la loi : le département et le district comme « territoires intermédiaires » de la Res-publica ».

Déroulement

Le colloque se déroulera dans les locaux du complexe hôtelier « Mercure Arras Centre Gare-Atria » qui présente l’avantage d’un confort d’accueil facilitant en tous points son déroulement sans perte de temps. (proximité de la gare, des lieux d’enseignement, de restauration, parking, amphithéâtre muti-média, gain de temps pour la gestion des interventions et des débats.)
L’organisation est prévue sur un jour et demi selon l’emploi du temps décrit ci-dessous.

Vendredi 24 novembre

  • 13 heures 30 : Accueil
  • 14 heures : Ouverture des travaux par Claude Mazauric et A. Carton.
  • 14 h 30-17 heures : Communications. Discussion avec la salle
  • 18 heures : Réception du Maire à la Maison de Robespierre.
  • 19 heures : Repas
  • 20 heures : Projection du documentaire : « Sur les pas de Robespierre, avocat arrageois ». Débat avec les réalisateurs.

Samedi 25 novembre

  • 9 heures-12 heures : Reprise des travaux. Communications et discussion avec la salle.
  • 12 heures : Repas .
  • 14 heures : Reprise des travaux. Communications et discussion avec la salle.
  • 16 heures : Synthèse des travaux par l’ARBR :
  • 17 heures : Fin des travaux [1].

Dimanche 26 novembre

Pour celles et ceux qui auront décidé de poursuivre leur week-end à Arras, une promenade guidée à travers la ville sur « les pas de Robespierre, enfant et avocat » ainsi que les différents lieux historiques de la ville sera organisée le dimanche matin de 10 heures à 12 heures. Inscriptions sur place le jour du colloque.
Lieu de départ : la Maison de Robespierre.

L’appel à communication

JPEG - 78.3 ko

Attentive aux travaux universitaires sur la Révolution, la Société des amis de Robespierre entend également, à l’occasion, les soutenir et les accompagner par l’organisation de conférences ou de rencontres scientifiques, comme le rappelle notre participation au colloque Robespierre, De la nation artésienne à la république et aux nations.

À l’occasion de son trentième anniversaire, l’ARBR souhaiterait renouveler l’expérience, en invitant, à Arras (automne 2017), des universitaires de France et d’Angleterre à travailler sur ce que nous nommons les trois « R » : Révolution, Robespierre, République. Ce colloque réunira des communications autour de trois axes thématiques qui s’inscrivent dans les champs de recherche privilégiés par les historiens de la période.

Depuis les travaux de M. Vovelle (colloque Révolution et République), la République reste au cœur des préoccupations historiennes, tant dans l’historiographie française qu’anglophone. Ainsi, le récent colloque dirigé par M. Biard, Ph. Bourdin, H. Leuwers et P. Serna, (colloque 1792, entrer en République) montre à la fois l’actualité de la question et le renouvellement des questionnements.
En déplaçant cette fois l’interrogation sur l’idée de république et l’idée républicaine dans la Révolution française d’avant la république, il s’agirait, en centrant les regards sur les années 1788-1792, à la fois de se demander comment l’esprit républicain a accompagné (ou non) l’entrée en révolution, puis guidé (ou non) les constituants, et quelle dimension républicaine ils ont placé dans les transformations entreprises. Il nous faudrait observer, aussi, comment cet esprit républicain ou l’idée de république ont pu êtres mobilisés par les adversaires de la révolution ; de se demander enfin comment l’idée d’une république a progressé. En effet, si la république n’est plus un épouvantail à la fin de l’ancien régime, est-elle autre chose qu’un mirage ?

Trois grands ensembles de contribution pourraient ainsi animer notre colloque :

  • Celui de la réflexion sur la révolution comme creuset de la république ou l’idée de changer le monde, comme catalyseur du couple révolution-république.
  • Celui-ci ne pourrait s’accomplir sans des femmes et hommes relais d’un esprit républicain, qui serait en marche.
  • Enfin, les signes républicains avant la république montreraient le possible mariage de l’esprit de la révolution avec l’esprit-républicain en marche. En quoi est-t-on ou devient-t-on républicain ?

Les trois « R » ont une résonance particulière : éclairer les enjeux historiques et politiques autour de la Révolution, de l’action de Robespierre et de naissance de la République.
Par l’approfondissement de la connaissance de cette période révolutionnaire (1788-1792), du rôle de ses acteurs pensant la république avant la République, les trois « R » participent à la réappropriation par les citoyens de son histoire .

Le Comité scientifique

JPEG - 200.8 ko

Comité d’organisation :

  • Bernard Vandeplas docteur en Histoire et vice-président des Amis de Robespierre
  • Hervé Leuwers
  • les membres de l’association des Amis de Robespierre.

Comité scientifique :

  • Bernard Vandeplas, docteur en Histoire Contemporaine, université Nanterre,
  • Annie Crépin, maître de conférence en histoire Contemporaine université d’Arras.
  • Claude Mazauric, professeur émérite en histoire Moderne, université de Rouen.
  • Hervé Leuwers, professeur en histoire Moderne, université de Lille 3.
  • Michel Biard, professeur d’histoire Moderne, université de Rouen.
  • Philippe Bourdin, professeur d’histoire Moderne, université de Clermont 2.
  • Jean-Pierre Jessenne, professeur émérite, université de Lille 3.
  • Pierre Serna, professeur des universités à Paris I. directeur de l’institut d’histoire de la Révolution française.

[1Les différentes communications seront rassemblées dans des « actes » qui seront publiés au cours de l’année 2018.