Accueil > Correspondances > La guillotine pendant la guerre d’ Algérie.

La guillotine pendant la guerre d’ Algérie.

Le mel d’un lecteur assidu de notre bulletin

vendredi 4 mars 2016, par Webmaster

La guillotine pendant la guerre d’ Algérie

Dans le N°95 du bulletin j’ai lu avec beaucoup d’intérêt les articles de Bernard Vandeplas et d’Yves Adam

JPEG - 152.5 ko

Au Mucem à Marseille il y a un espace consacré à la Révolution française et est exposé une guillotine.

Il est vrai que lorsque l’on se trouve devant cette machine on éprouve de l’effroi .

Lors de ma visite se trouvait une dame à côté de moi qui observait la guillotine Je lui ai adressé la parole et je lui ai dit que la guillotine avait fonctionné pendant la guerre d’Algérie et que 200 Algériens en avaient subi le martyr .

Elle m’a regardé avec étonnement .

Elle ne savait pas que la République avait utilisé ce moyen de terreur.

Je me réfère à ce qui est écrit par la LdH de Toulon qui mentionne les recherches de l’ historienne Sylvie Thénault.

45 exécutés pendant la période où François Mitterrand est garde de Sceaux.

Au terme de la période de justice 222 hommes sont conduits à la mort en 5 ans.

Le 17 mars 1956 sont publiées au J.O les lois 56-268 et 56-269 qui permettent de condamner à mort les membres du FLN.

  • 29 exécutions en trois mois par le gouvernement de Mr. Bourgès-Maunoury
  • 49 pendant 6mois sous Félix Gaillard
  • Après une amnistie, De Gaulle et Debré feront exécuter 80 condamnés FLN en 4 ans

Sylvie Thénault a montré comment la justice a violé les Droits de l’ Homme et couvert ces exactions.

Quand il y avait une exécution à la prison de Barberousse à Alger les « you ! you ! » retentissaient dans la prison pour soutenir le martyr qui montait à l’échafaud et se propageaient dans toute la Casbah.

La Terreur est une arme politique . Alors pourquoi ne faire mention que de la période révolutionnaire ? Et quel est le but recherché ?

Tous les États en situations de guerre ont pratiqué et pratiquent encore un système de terreur sous des formes qui leur sont propres . (Écrit de Yves Adam)


Voir en ligne : Références : Sylvie Thénaut