indexer
rechercher
trafic
 
 
Vous êtes ici: 1789 et 1790
 
"Ce discours que vous venez d'entendre est mon testament de mort. Je l'ai vu aujourd'hui, la ligue des méchants est tellement forte, que je ne puis pas espérer de lui échapper.
Je succombe sans regret, je vous laisse ma mémoire elle vous sera chère et vous la défendrez."

 

 

Fin de son dernier discours aux Jacobins
le 8 Thermidor an II, soit 2 jours avant son éxécution .
revivez les 2 derniers jours de Robespierre
cliquez sur le volubilis pour revivre les 2 derniers jours de Robespierre.
portrait de Robespierre par Boilly ,pour un musée robespierre à Arras  
 
 
Rappel des faits marquants de l'année 1789

États-Généraux & Déclaration des Droits de L'homme

révolution|française

révolution|française
Le 05 Mai ouverture des Etats Généraux

Louis XVI , Roi de France
Monsieur, Frére du Roi
Necker, Ministre des finances du royaume
Marie Antionette, Reine de France

 

 

 

 

Quelques membres du haut clergé, favorables au vote par ordre


21 Janvier Convocation des États-Généraux à Versailles.
27 janvier : Affrontements à Rennes entre nobles et étudiants.
28 janvier : Parution de la brochure de l'abbé Sieyes « Qu'est-ce que le tiers état ? »
02 février : Le ministre Loménie de Brienne, banni de France, reçoit à Nice le chapeau de cardinal et fait d’abondantes aumônes au milieu de la disette générale.
07 février : Ordre de rédiger des Cahiers de doléances.
15 mars : Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, le nouvel évêque d'Autun, est intronisé dans la cathédrale d'Autun.
21 mars : Gilbert de Riberolles est élu, par la sénéchaussée de Riom, par 265 voix sur 393 votants, député du tiers état de la province d'Auvergne aux États généraux.
6-8 avril : Élections des députés du bailliage de Saint-Omer.
10 avril : Parution du Le Patriote français, journal de Brissot (fin le 2 juin 1793).
20 avril : Élections des députés d'Artois à Arras.
26-28 avril : Affaire Réveillon. Manifestations ouvrières à Paris, au faubourg Saint-Antoine, suite à un mot mal interprété d’un entrepreneur de papier peint. Pillage de la manufacture Réveillon : la troupe ouvre le feu (12 soldats et près de 300 manifestants tués).
29 avril : Protestation des nobles entrants, dont Pierre-Louis-Robert de Briois, contre toute modification des droits et prérogatives de la noblesse des États d’Artois.
30 avril : Création de la société des amis de la Constitution à Versailles, qui prendra le nom de Club des Jacobins en octobre lors de son installation à Paris.
30 avril : Émeute à Marseille, où la foule s'empare de trois forts et tue l'un de leurs commandants, le chevalier de Beausset, major du fort St-Jean.
02 mai : Parution, sous le titre d'États généraux, du premier numéro du premier journal écrit par un député, gazette fondée par Mirabeau.
05 Mai Ouverture des États-Généraux à Versailles.
07 Mai Le pouvoir ne prend pas clairement position sur la question du vote par ordre ou par tête alors que les membres du tiers état se disaient mal représentés. Les ordres privilégiés prennent parti pour le vote par ordre.
08 Mai Le tiers état s'engage alors dans un processus de résistance en refusant de se réunir séparément des deux autres ordres. Au bout d'un mois de discussions et d'attente, le tiers état se décide à prendre l'initiative de vérifier les pouvoirs des députés par bailliage et sénéchaussée et non par ordre.
01 Juin Necker réussit à obtenir le doublement du Tiers état. Noblesse et clergé rejettent la vérification des mandats en commun et le vote par tête proposés par le Tiers. Les débats sont bloqués.
04 Juin décès de Louis, dauphin de France, fils ainé de Louis XV
09 Juin vérification des pouvoirs des députés par bailliage et sénéchaussée et non par ordre.
13 Juin trois curés répondent à l'appel du Tiers Etat pour le vote par tetes.
16 Juin de 10 curés au total répondent à l'appel du Tiers Etat pour le vote par tetes.
17 Juin le tiers état et quelques membres de la noblesse et du clergé, sur proposition de l’abbé Sieyès, prennent le titre d’ « Assemblée nationale ».
19 Juin le clergé, qui compte une forte minorité de curés sensibles aux problèmes des paysans, décide de se joindre aux députés du tiers état pour la vérification des pouvoirs.
20 Juin le roi fait fermer la salle des Menus Plaisirs, lieu de réunion du tiers état. Ceux-ci se dirigent alors vers une salle de jeu de paume voisine. Ils prononcent le serment du jeu de paume. Ils s’engagent à ne pas se séparer avant d’avoir donné une Constitution écrite à la France.
23 Juin Lors d'une séance royale, une réunion des trois ordres en présence du roi, Louis XVI ordonne aux députés de siéger en chambres séparées. Alors que les députés de la noblesse et du haut clergé obéissent et s'en vont, les députés du tiers état et ceux du bas clergé restent immobiles. Bailly, élu président en tant que doyen, lance au marquis de Dreux-Brézé venu leur demander au nom du roi de partir, cette phrase : « Allez dire à votre maître monsieur, que la Nation assemblée n'a d'ordre à recevoir de personne », à la suite de laquelle Mirabeau rajoute: « Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous ne partirons que par la puissance des baïonnettes.» . Face à la résistance du tiers état, soutenu par le bas clergé et une cinquantaine de nobles, le roi essaye de gagner du temps sur les conseils de la reine.
24 Juin Le clergé vient siéger avec le Tiers.
26 Juin Le roi, fait venir des troupes (20 000 hommes de régiments étrangers) sur la capitale.
27 Juin Le roi, sous pression, ne peut éviter la réunion des trois ordres.
09 Juillet L'assemblée prend le nom d'assemblée nationale constituante. Durant ces journées, l’Assemblée réalise une autre révolution décisive : beaucoup de députés, effrayés par la tournure des événements, démissionnent ; l’Assemblée déclare qu’elle tient son mandat non pas des électeurs individuellement pour chaque député, mais collectivement de la Nation tout entière. C'est la mise en application du principe de la souveraineté nationale défendu par Diderot.
11 Juillet Le roi remercie Necker.
12 Juillet Dans l’après-midi, dans les jardins du Palais-Royal, le journaliste Camille Desmoulins exhorte la foule à se mettre en état de défense. Il considère le renvoi de Necker comme une attaque contre le peuple. Dans les jardins des Tuileries et aux Invalides, les Parisiens se heurtent au régiment dit du Royal-Allemand du prince de Lambesc dont les soldats sont accusés d'avoir tué des manifestants.
13 Juillet quarante des cinquante-quatre barrières d’octroi sont incendiées. Les réserves de grains des couvents sont pillées.
14 Juillet Prise de la Bastille.
15 Juillet Bailly est le premier maire de Paris. La Fayette prend la tête de la garde Nationale de Paris.
16 Juillet Rappel de Necker.
17 Juillet Les grands du royaume (Condé, d'Artois) fuient la France : c'est le début de l'émigration et le commencement de "la Grande Peur" marquée par des émeutes en Province et la formation de milices bourgeoises.
04 Août Lors d'une séance nocturne à l'assemblée, on décide de l'abolition des privilèges seigneuriaux et du système féodal : c'est la nuit du 4 Août.
26 Août Lecture à l'assemblée nationale de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.
05 Octobre Marche des femmes de Paris sur Versailles. Le roi retire son Veto et sanctionne les décrets du 4 Août et la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Il est presque ramené de force le lendemain à Paris.
06 Octobre le roi et sa famille sont ramenés de force à Paris.
19 Octobre Fondation du club des Jacobins.
02 Novembre Les biens du clergé sont mis à la disposition de la nation.
30 Novembre La Corse est définitivement rattachée à la France.
19 Décembre Création des assignats pour rembourser les dettes de l'état.
24 Décembre Les protestants accèdent au droit de cité.

Rappel des faits marquants de l'année 1790

Abolition des droits seigneuriaux - Fête de la Fédération

révolution|française
Le 15 Mars Abolition des droits seigneuriaux

Les grands du royaume a la tribune , pour abandonner leurs priviléges suite aux pressions populaires .
révolution|française
Le 14 Juillet Fête de la Fédération au Champ-de-Mars

la fête de la Fédération donnée le 14 juillet 1790, au Champ-de-Mars, pour célébrer l’avènement de la cité nouvelle, restera la plus éclatante des fêtes révolutionnaires et constitue le couronnement du mouvement des fédérations provinciales . Il s’agit, pour les élus de la Constituante, d’affirmer la grande fraternité révolutionnaire dans une journée d’union nationale alors que des milliers de cérémonies analogues ont lieu simultanément en province. Après une messe célébrée par Talleyrand, le marquis de La Fayette, suivi par le Corps législatif jurent fidélité à la Nation, à la Loi et au Roi, puis Louis XVI et la Reine prêtent serment de fidélité à la Constitution et à la Nation. Quoique ce moment de communion nationale puissent laisser croire aux observateurs de l'époque que le roi a accepté les changements issus de la Révolution, en fait, il n'en est rien Louis XVI, à son habitude, louvoie entre les différents courants. Des voix discordantes se font entendre et l’unité tant recherchée n’existe ni dans la droite absolutiste, qui juge le roi prisonnier, ni même à gauche où Marat jette le trouble en s’attaquant à La Fayette, et en prophétisant Varennes . Cette fête, qui doit clore la Révolution, se révèle illusoire sur ce plan comme sur celui de l'entente nationale.


04 Février Le roi confirme son attachement à la révolution et menace ceux qui tentent d'y mettre fin.
13 Février Interdiction des vœux monastiques et suppression des ordres religieux.
26 Février Les 83 départements de France ont maintenant tous un nom et un district.
28 Février Pour la première fois, il n'est plus besoin d'être noble pour avoir un grade dans l'armée.
15 Mars Abolition des droits seigneuriaux.
16 Mars Suppression des lettres de cachet.
21 Mars Abolition des impôts sur le sel.
05 Avril Émeutes contre-révolutionnaires à Vannes.
14 Avril Les frais du culte catholique sont mis à la charge de la nation.
27 Avril Création du club des Cordeliers.
29 Avril Décret sur la liberté du commerce des grains.
05 Mai Décret sur l'élection des juges par le peuple.
08 Mai Organisation du nouveau système des poids et des mesures.
10 Mai Massacre de protestants par des catholiques à Montauban.
21 Mai Paris est divisé en 48 sections remplaçant les 60 districts.
12 Juin Avignon demande son rattachement à la France.
14 Juillet Un an après la prise de la Bastille, la fête de la Fédération donnée le 14 juillet 1790, au Champ-de-Mars, pour célébrer l’avènement de la cité nouvelle, restera la plus éclatante des fêtes révolutionnaires et constitue le couronnement du mouvement des fédérations provinciales . Il s’agit, pour les élus de la Constituante, d’affirmer la grande fraternité révolutionnaire dans une journée d’union nationale alors que des milliers de cérémonies analogues ont lieu simultanément en province. Après une messe célébrée par Talleyrand, le marquis de La Fayette, suivi par le Corps législatif jurent fidélité à la Nation, à la Loi et au Roi, puis Louis XVI et la Reine prêtent serment de fidélité à la Constitution et à la Nation. Quoique ce moment de communion nationale puissent laisser croire aux observateurs de l'époque que le roi a accepté les changements issus de la Révolution, en fait, il n'en est rien Louis XVI, à son habitude, louvoie entre les différents courants. Des voix discordantes se font entendre et l’unité tant recherchée n’existe ni dans la droite absolutiste, qui juge le roi prisonnier, ni même à gauche où Marat jette le trouble en s’attaquant à La Fayette, et en prophétisant Varennes . Cette fête, qui doit clore la Révolution, se révèle illusoire sur ce plan comme sur celui de l'entente nationale.
22 Juillet Louis XVI sanctionne la constitution civile du clergé.
06 Août Rébellion de suisses contre leurs officiers à Nancy.
31 Août Répression sanglante des suisses de Nancy par le marquis de Bouillé.
04 Septembre Démission de Necker. L'assemblée prend la direction du trésor public.
06 Septembre Suppression des parlements et des Cours de justice.
05 Octobre Élection de Robespierre comme juge au tribunal de Versailles.
21 Octobre Le drapeau tricolore remplace le drapeau blanc.
22 Novembre Entrée des troupes autrichiennes en Belgique.
23 Novembre Création d'un impôt foncier.
25 Novembre Révolte des esclaves noirs à Saint-Domingue.
27 Novembre Tous les ecclésiastiques sont obligés de prêter serment à la constitution civile du clergé.
02 Décembre Entrée de l'armée autrichienne à Bruxelles.
30 Décembre Mesures pour protéger les inventeurs.
 
©2011 - Alain Cousin - Tous droits réservés Creative commons             
xhtml valid css valid