menu

Accueil > Comprendre la Révolution > Ses différents aspects et conquêtes > 22 septembre 1792 : l’An I de la République

Version imprimable de cet article Version imprimable

22 septembre 1792 : l’An I de la République

Le 21septembre 2020, l’ARBR célébrait l’acte de naissance de la prmeière république

samedi 26 septembre 2020

Comme vous le savez l’ARBR-Les Amis de Robespierre a dû renoncer à accueillir le Congrès des associations amies de la Révolution à cause d’un virus en forme de couronne qui n’a pourtant rien de royale.

Ce congrès qui a pour thème « Enseigner la Révolution française aujourd’hui » est reporté au 25 septembre 2021, c’est-à-dire le samedi le plus proche du 21 et du 22 septembre date emblématique de l’avènement de la première République.

Il fallait bien marquer le coup et s’adapter . Précautions sanitaires obligent, c’est par une VISUO-CONFÉRENCE INTERNATIONALE que l’ARBR a décidé de marquer l’événement.

Elle a donc donné rendez-vous pour cinquante minutes à ses adhérents de l’étranger et ceux de la France intéressés pour échanger avec :

  • Hervé Leuwers qui a rappelé les étapes de l’entrée en république dans l’été 92
  • Bruno Decriem qui a rappelé le contexte et le déroulement des débats mémorables qui eurent lieu ces jours-là
  • Suzanne Levin qui a choisi de nous lire et commenter un texte de Robespierre à ce propos extrait de « Lettres de Maximilien Robespierre à ses commettans, » nous invitant ainsi à apprécier la pensée de l’homme d’état.

Bruno decriem

Suzanne Levin

Hervé Leuwers

Il y avait Daniela de Prague, Stefania d’Italie, Mark du Québec, Marianne de l’Angleterre, Maria de Vérone (Italie), des citoyens de toute la France qui s’étaient rendus libres, Patrice de Lille, le président d’Arras et Jacqueline de Douai.
En tout 50 minutes pour évoquer la naissance de cette première république.

Stéfania s’étonna que la France n’ait pas choisi cette date plutôt que celle de la prise de la Bastille pour en faire une fête nationale. Maria évoqua l’influence de Montesquieu. Daniela nous proposa ensuite de nous écrire quelques articles, plus tard, sur e la manière dont la Révolution française fut perçue en Tchéquie et en Allemagne. ...

Et puis le reste se laisse découvrir dans l’enregistrement de la conférence. Pour y accéder, cliquez ci-dessous, pour découvrir les textes de nos intervenants, cliquez sur les lignes en bleu.

Des participants attentifs

Daniela

Stefania

Mark

Pour suivre la conférence internationale : la proclamation de la république

Anniversaire de la 1re République
Le film de la conférence de l’ARBR du 21 septembre 2020

20, 21 et 22 septembre 1792 : les trois jours fondateurs de la République.

Le jeudi 20 septembre 1792, la première séance de la Convention se tient au château des Tuileries sous la présidence de Rühl, doyen d’âge. La séance s’ouvre à cinq heures et demie.
318 députés sont d’abord présents et leurs pouvoirs vérifiés par appel nominal par département. Tallien, Pénières et Camus procèdent à cette vérification. Un second appel nominal ajoute ensuite 53 députés. 371 membres de la Convention sont donc présents à ce stade. 200 étaient exigés pour procéder à la constitution de la nouvelle assemblée.

« Les citoyens élus par le peuple français pour former la Convention nationale réunis au nombre de 371, après avoir vérifié leurs pouvoirs déclarent que la Convention nationale est constituée. »

Pétion est élu président de la Convention avec 235 voix. On procède ensuite à l’élection des 6 secrétaires, Condorcet (146 voix), Brissot (106 voix), Rabaut de Saint-Étienne ( 89 voix), Lasource ( 87 voix), Vergniaud ( 82 voix) et Camus ( 78 voix).

La séance est levée à une heure après minuit.

Séance du vendredi 21 septembre 1792, au matin, tenue d’abord au château des Tuileries, puis à la salle du Manège, lieu ordinaire des séances de l’Assemblée Législative.

Il s’agit d’une séance de transition, où l’on aborde les relations et le passage de témoins avec la Législative. Cette dernière se rend d’ailleurs, pour terminer son travail, à la Convention.

Un membre propose le serment suivant « L’assemblée prête le serment de maintenir la liberté et l’égalité, ou de mourir en les défendant. »

Après-midi, 13 heures ( 1 heure après-midi) désormais à la salle du Manège.

Couthon : « La royauté ne convient qu’aux esclaves, et les Français seraient indignes de la liberté qu’ils ont conquise, s’ils songeaient à conserver une forme de gouvernement marquée par quatorze siècles de crimes. […] Eh bien ! Jurons tous la souveraineté du peuple, la souveraineté entière ; vouons une exécration égale à la royauté, à la dictature, au triumvirat, et à toute espèce de puissance individuelle quelconque qui tendrait à modifier et à restreindre cette souveraineté. »

A l’initiative de Couthon et de Basire « La Convention nationale déclare : 1° Qu’il ne peut y avoir de constitution que celle qui est acceptée par le peuple. »

Et à celle de Prieur « 2° Que les personnes et les propriétés sont sous la sauvegarde de la nation. »

Un débat s’engage ensuite visant les contributions publiques existantes qui « continueront à être perçues et payées comme par le passé. »

Collot-d’Herbois intervient finalement exigeant une délibération grande, salutaire, indispensable, que « vous ne pouvez différer un seul instant. » « Je demande que la Convention nationale déclare que la base immuable de toutes ses opérations sera l’abolition de la royauté. »

Dans ses lettres à ses Commettants numéro I du 19 octobre 1792, Tableau des opérations de la Convention nationale depuis le premier moment de sa session, Robespierre relate ainsi cette prise de parole décisive :

« Collot-d’Herbois prend la parole, et prétend qu’il reste à l’assemblée un décret à porter, qu’elle ne peut différer d’un seul moment ; c’était l’abolition de la royauté. A ces mots, l’assemblée se lève presqu’entière, en mêlant ses acclamations à celles du public. » 

C’est ensuite Grégoire qui argumente contre la royauté, et propose la loi : « Je demande donc que, par une loi solennelle, vous consacriez l’abolition de la royauté. […] Les rois sont dans l’ordre moral ce que les monstres sont dans l’ordre physique. […] L’histoire des rois est le martyrologe des nations. »

Les interventions de Grégoire sont relatées ainsi par Robespierre :

« Grégoire et quelques autres attaquent vivement la royauté, que personne n’ose défendre, et la royauté est abolie, au milieu des acclamations universelles de la Convention et des tribunes ; ce qui dût étonner un peu ceux qui naguère assuraient qu’une grande nation ne pouvait se passer de roi, et qui voulaient même nous persuader que nous raffolions tous de la monarchie. »

Une intervention est importante, celle qui fait le lien entre la chute de la royauté et la victoire des sans-culottes lors de la prise des Tuileries le 10 août 1792, véritable date fondatrice de la victoire de la Révolution populaire. Un membre rappelle « Les lumières qu’a répandues la journée du 10 août. »

La proposition de l’abbé Grégoire « La Convention nationale décrète que la royauté est abolie en France » est votée à l’unanimité sous les acclamations de joie et les cris de : Vive la nation !

Cependant, il est à noter que le mot de République n’est pas prononcée durant cette séance pourtant historique ! La royauté est abolie sans qu’on ne proclame officiellement la République.
En fin de séance, seule une compagnie de chasseurs, nommés « jeunes guerriers républicains », admis à la barre et qui s’éloignent vers l’armée au chant du ça ira ! montre que la République s’est bien substituée à la monarchie !

La séance est levée à quatre heures.

Séance du soir, sept heures : Présidence de Pétion puis de Condorcet. Ce dernier a été élu vice-président par 194 voix sur 349 votants.

Deux députations de citoyens attestent donc que la République existe désormais. Celle de citoyens de Versailles-Seine-et-Oise affirment à la barre qu’ils « étaient glorieux d’apprendre qu’ils ne combattraient plus pour des rois ; glorieux de venir les premiers prêter devant vous le serment de sauver la République. »

Une députation de l’une des sections sans-culottes de Paris, celle des Quatre-Nations, à la barre prêtent serment : « Les citoyens de la section des Quatre-Nations viennent faire devant vous le serment de vivre et de mourir républicains. »

Monge, le ministre de la marine ( et qui sera panthéonisé en 1989 avec justement Grégoire et Condorcet) se fait affirmatif. Il est fier d’être ministre du « premier conseil exécutif de la République française. » Il continue « Nous prenons l’engagement de mourir, s’il le faut, en dignes républicains pour la liberté et l’égalité, que vous allez fonder sur des bases inébranlables. »

La séance est levée à onze heures et demie ( du soir).

Au même moment, ce 21 septembre 1792 en soirée, aux Jacobins, sous la présidence de Choudieu, un membre, Gerbet jeune, propose qu’on rebaptise le club comme étant celui des « Amis de la République. » Un compte-rendu des débats parlementaires de la Convention de la séance de l’après-midi est d’ailleurs lu. Cependant, à l’unanimité, les membres du club préfèrent le titre de « Société des Jacobins, amis de la liberté et de l’égalité » proposé par Deperret.
A l’évidence, pour les Jacobins, patriotes prononcés, la notion de République apparaissait comme imprécise ou insuffisante, particulièrement, sur les valeurs sociales et révolutionnaires susceptibles de manquer, comme l’attachement non seulement à la liberté mais aussi à l’égalité.

Robespierre l’exprime parfaitement dans son journal :

« Ce n’est point assez d’avoir renversé le trône ; ce qui nous importe, c’est d’élever sur ses débris la sainte égalité et les droits imprescriptibles de l’homme. Ce n’est point un vain mot qui constitue la république, c’est le caractère des citoyens. L’âme de la république, c’est la vertu ; c’est-à-dire, l’amour de la patrie, le dévouement magnanime qui confond tous les intérêts privés dans l’intérêt général. »

Séance du samedi 22 septembre 1792, au matin.
Présidence de Pétion.

Billaud-Varenne insiste dès le début de la séance pour l’ajout du mot République dans tous les actes administratifs et autres, afin d’aborder la période neuve républicaine. Soutenue par Lasource, sa proposition est adoptée, sous les vifs applaudissements des tribunes.

« Billaud-Varenne demande qu’à compter de la journée d’hier, au lieu de dater les actes l’an quatrième de la liberté, etc. on date l’an premier de la République française. »

Cette décision peut ainsi clôturer ces trois jours, et faire du 21 septembre 1792 non seulement la journée de l’abolition de la royauté, mais aussi celle de l’établissement de la République.

La séance est levée à quatre heure et demie.

Au soir, six heures du soir.
Présidence de Condorcet.

Admise à la barre de la Convention, la section des Tuileries annonce qu’elle prend désormais le nom de Section des Républicains et précise que « ce beau nom appartient également à tous les Français. »

Anacharsis Cloots désire qu’on envoie en adresse cet acte fondateur aux États-Unis d’Amérique ainsi qu’à tous les peuples du monde : « Il faut qu’on sache partout que le premier acte de la Convention nationale a été la proclamation de la République et l’abolition de la royauté. »

Robespierre trouve cette motion puérile et argumente ainsi dans son journal, contredisant les beaux espoirs universalistes de Cloots :

« Cloots, le prussien, propose à l’assemblée d’envoyer une adresse aux États-Unis d’Amérique ; d’autres ajoutent, à tous les peuples libres, pour leur faire part du décret qui abolit la royauté. Où sont-ils, ces peuples libres ? En est-il un seul dans le monde, à qui nous puissions donner ce titre, sans abjurer nos principes, et sans trahir la cause de l’humanité ? »

La séance est levée à onze heures du soir.

D’ailleurs, pour Robespierre, le régime républicain d’un pays ne garantit aucunement le respect des droits imprescriptibles de l’homme dans cet état. Et, lucidement, il le montre avec l’exemple des États-Unis, dans une argumentation qui n’a rien perdu de son actualité aujourd’hui :

« Le nom de république ne suffit pas pour affermir son empire. Qui de nous voudrait descendre de la hauteur des principes éternels que nous avons proclamés, au gouvernement de la République de Berne, par exemple, de celle de Venise ou de Hollande ? Qui voudrait échanger les sublimes institutions du peuple français, contre la constitution de ces États-Unis d’Amérique qui, fondés sur l’aristocratie des richesses, déclinent déjà, par une pente irréversible, vers le despotisme monarchique ? »

Dès septembre 1792, Robespierre constatait que l’unanimité autour de la proclamation de la République n’était que de façade et que les motivations des deux camps, Gironde et Montagne, une fois la monarchie vaincue, étaient fort différentes et même rapidement irréconciliables :

« Aujourd’hui, que l’ennemi commun est terrassé, vous verrez ceux que l’on confondait sous le nom de patriotes se diviser nécessairement en deux classes. Les uns voudront constituer la république pour eux-mêmes, et les autres pour le peuple, suivant la nature des motifs qui avait jusques-là excité leur zèle révolutionnaire. Les premiers s’appliqueront à modifier la forme du gouvernement, suivant les principes aristocratiques et l’intérêt des riches et des fonctionnaires publics : les autres chercheront à la fonder sur les principes de l’égalité et sur l’intérêt général. »

Et il est vrai, que Collot-d’Herbois, député de Paris, et Montagnard prononcé ne dira pas autre chose, dès le 23 septembre 1792, aux Jacobins :
« Nous avons, il est vrai, reconnu la République à l’unanimité ; mais, parmi les membres qui ont voté pour cette République, il est facile de distinguer trois classes. Les uns ont reconnu la République avec enthousiasme, ceux-là sont les vrais Jacobins ; d’autres l’ont reconnue par obéissance pour la majorité, d’autres enfin par devoir. »

Robespierre reviendra sur ces trois jours de septembre 1792 bien plus tard, le 3 messidor an II-21 juin 1794, peu de temps avant Thermidor, aux Jacobins. Il rendra hommage à cette République qui a pu s’élever et finalement s’imposer malgré le poids de factions rivales contre-révolutionnaires, celle des Girondins tout d’abord qui dominaient la Convention, puis d’autres qui se sont succédées depuis.

« Nous ne sommes plus au temps des Brissot, des Guadet, des Gensonné : la République s’est glissée depuis entre les nombreuses factions, elle les a toutes abattues. […] La République existe quoiqu’elle n’ait pas été d’abord le but de la Révolution, car je le répète, elle s’est glissée comme furtivement, à travers une trouée révolutionnaire, au milieu des factions rivales qui toutes tendaient à établir un nouveau système de tyrannie : voilà pourquoi les vrais républicains ont été regardés comme des intrus : voilà pourquoi, lorsque la République s’est élevée, toutes les factions se sont agitées à la fois pour l’anéantir elle et ses défenseurs : voilà pourquoi il y a eu si peu de patriotes purs dans l’origine de la Révolution." [1]

Bruno DECRIEM. (A.R.B.R.)

Extrait de lettres de maximilien robespierre à ses commettans [2]

Texte préparé et lu par Suzanne Levin

« La royauté est anéantie ; la noblesse et le clergé ont disparu ; et le règne de l’égalité commence. Ces grandes conquêtes de la liberté sont le prix de votre courage et de vos sacrifices, l’ouvrage des vertus et des vices, des lumières et de l’ignorance de vos premiers représentans, le résultat des crimes et de l’impéritie de vos tyrans. Les rois de l’Europe tournent contre vous leurs armes sacrilèges ; mais ce n’est que pour vous préparer de nouveaux triomphes. Déjà ils expient cet attentat de honteux revers ; et si vos chefs savent tirer parti de votre puissance et de votre enthousiasme, il est impossible à l’imagination même de mesurer l’étendue de la glorieuse carrière que le génie de l’humanité ouvre devant vous. Protégés par la force de vos armes, environnés de vos vœux et de votre confiance, vos nouveaux représentans peuvent vous donner, à loisir, le plus heureux de tous les gouvernemens ; et cet ouvrage ne peut être ni long, ni difficile.
« Depuis que la royauté est abolie, depuis que l’égalité politique est rétablie, la constitution provisoire, purgée de ces deux vices essentiels, vous élève déjà au-dessus de tous les peuples que les nations esclaves ont appelés libres. Telle est la solidité des fondemens sur lesquels repose ce grand édifice ; telle est la beauté de plusieurs de ses parties demeurées intactes, qu’il reste peut-être beaucoup moins à faire qu’on ne pense, aux nouveaux architectes. Perfectionner, d’après des principes reconnus, l’organisation et la distribution de quelques autorités constituées ; tempérer l’aristocratie représentative par un petit nombre d’institutions nouvelles, qui en imposent à la corruption, et assurent le maintien des droits du souverain ; voilà, peut-être, le seul mérite et la seule tâche de la Convention nationale. Il me semble du moins que nous sommes dans une situation assez heureuse, pour pouvoir, dans l’espace de quelques mois, cimenter la liberté de notre pays par un gouvernement juste, sans avoir même le droit de prétendre au titre de sublimes politiques, ni de législateurs prodigieux.
« Je conviens que, pour arriver à ce terme, quelque près de vous qu’il paroisse, vous avez à éviter quelques écueils dangereux. La liberté n’est pas moins difficile à conserver, qu’à conquérir. Ceux qui affirment que tous ses ennemis ont disparu avec la royauté sont au moins des hommes crédules. Le nom de république ne suffit pas pour affermir son empire. Qui de nous voudroit descendre de la hauteur des principes éternels que nous avons proclamés, au gouvernement de la république de Berne, par exemple, de celle de Venise ou de Hollande ? Qui voudroit échanger les sublimes institutions du peuple français, contre la constitution de ces Etats-Unis d’Amérique qui, fondés sur l’aristocratie des richesses, déclinent déjà, par une pente irrésistible, vers le despotisme monarchique ?
« Ce n’est point assez d’avoir renversé le trône ; ce qui nous importe, c’est d’élever sur ses débris la sainte égalité et les droits imprescriptibles de l’homme. Ce n’est point un vain mot qui constitue la république, c’est le caractère des citoyens. L’âme de la république, c’est la vertu ; c’est-à-dire, l’amour de la patrie, le dévouement magnanime qui confond tous les intérêts privés dans l’intérêt général. Les ennemis de la république, ce sont les lâches égoïstes, ce sont les hommes ambitieux et corrompus. Vous avez chassé les rois : mais avez-vous chassé les vices que leur funeste domination a enfantés parmi vous ? Vous êtes, en masse, le plus généreux, le plus moral de tous les peuples ; et, à la légèreté près, le plus digne de la liberté : mais aussi, quel peuple nourrit, dans son sein, une si grande multitude de frippons adroits et de charlatans politiques, habiles à usurper, et à trahir sa confiance.
[…]
« On a dit, il y a long-tems, que les hommes sont essentiellement libres et égaux, et que le but de tout gouvernement est le maintien de leurs droits naturels et imprescriptibles. Comment peut-il atteindre ce but ? en protégeant le foible contre le fort. Or, ce qu’il y a de plus fort dans l’état, c’est le gouvernement lui-même, puisqu’il est armé de tous contre chacun. Lorsqu’il déploie cette force, conformément à la volonté générale, il assure la liberté et le bonheur public. En abuse-t-il ? Il n’est que le plus terrible de tous les instrumens d’oppression. Que conclure de là ? que le principal objet des lois constitutionnelles doit être de défendre la liberté publique contre les usurpations de ceux qui gouvernent.
« […]
« […] Pour former nos institutions politiques, il nous faudroit les mœurs qu’elles doivent nous donner un jour. Nous avons élevé le temple de la liberté avec des mains encore flétries des fers du despotisme. Il a fallu le reconstruire. Attendons-nous à le voir s’écrouler, aussi long-tems qu’il ne sera point élevé sur les seuls fondemens de la justice et de l’égalité.
« Ce grand ouvrage est réservé à la Convention nationale. Je garantirois bien la pureté de la majorité de ses membres. Puissent-ils être inaccessibles aux séductions de l’intrigue et de la calomnie ! Il n’est qu’un seul moyen de les éviter, c’est de se rallier constamment aux principes. Elle remplira glorieusement la tâche sublime dont elle est chargée, si elle ne perd jamais de vue cette vérité fondamentale : Que le premier de ses soins doit être de garantir les droits des citoyens et la souveraineté du peuple, contre le gouvernement même qu’elle doit établir. »

• Lettres de Maximilien Robespierre à ses commettans, 1re série, n° 1 (fin septembre 1792), « Exposé des principes et but de cette publication », OMR, t. VI, p. 16-21


[1Sources :
Archives Parlementaires, tome LII-52.
Œuvres complètes de Maximilien Robespierre, tomes V et X.
Histoire des Jacobins de Paris, par Alphonse Aulard, tome IV

[2• Lettres de Maximilien Robespierre à ses commettans, 1re série, n° 1 (fin septembre 1792), « Exposé des principes et but de cette publication », OMR, t. VI, p. 16-21,